In vitro Tunisie (PMA) : Solution fiable pour traiter l’infertilité masculine et féminine

On estime en 2012, à plus de 4 millions, le nombre de naissance par procréation médicalement assistée ou par Fécondation in vitro qui est aussi une technique de transfert de l’embryon, à travers le monde. La Tunisie dispose aujourd’hui de plusieurs centres d’assistance médicale à la procréation de qualité et de renommée internationale.

Depuis les années 1990, des cliniques tunisiennes se sont dotées de centres de PMA respectueuses de l’éthique dans ce domaine, et équipées de matériels de qualité permettant de réaliser une FIV soit par la technique classique soit par la technique de micro-injection.

Indications de la PMA

La procréation médicale assistée est liée au problème de stérilité ou d’infertilité qui cause chez les couples dont un partenaire en est victime, plusieurs troubles tels que l’anxiété et la dépression. La fécondation in vitro permet donc aujourd’hui à ces couples incapables de concevoir, de procréer, d’avoir des enfants grâce à une assistance médicale.

Mais l’infertilité n’est pas la seule indication de la fécondation in vitro. Outre l’infertilité tubaire, c’est-à-dire, les trompes bouchées chez certaines femmes, l’infertilité causée par un mauvais traitement des IST ou MST, la ménopause constitue aussi un motif pour une FIV.

Chez les hommes, le sperme de mauvaise qualité peut causer des difficultés de procréation conduisant à une procréation médicalement assistée. D’autres facteurs pouvant constituer un risque pour la procréation sont le tabagisme et le diabète.

Les différentes techniques de PMA

La PMA (procréation médicalement assistée) peut se faire par insémination artificielle. C’est la technique classique qui consiste à faire un dépôt de spermatozoïde dans la cavité utérine (col utérus). Mais l’une des conséquences de cette technique est la possibilité d’avoir plusieurs grossesses à cause de la stimulation hormonale qui précède l’insémination.

La FIV proprement dite date de 1978 dans le Royaume-Uni. Elle consiste à réimplanter dans l’utérus des embryons cultivés dans une éprouvette.

On connaît l’histoire du premier bébé-éprouvette, Louise-Brown, née cette année-là. La FIV offre près de 70 % de cas de conceptions après six cycles, d’où son efficacité.

L’injection intracytoplasmique des spermatozoïdes est la technique la plus récente (1992) développée en Belgique. Cette technique consiste à recueillir le spermatozoïde à l’aide d’une micropipette pour le déposer dans l’ovocyte afin d’en faire un embryon, qui pourra être réimplanté ensuite, à condition d’être viable.

Elle est surtout bénéfique en cas d’azoospermie ou d’hypofertilité chez l’homme et la femme.

Principe opératoire d’une FIV

La première étape de cette intervention est la fécondation qui se déroule en 12h : des injections d’hormones peuvent être nécessaires pour stimuler les ovaires et favoriser le grossissement des ovocytes. La prise de sang et l’échographie permettent en plusieurs séances de surveiller la stimulation.

Une ponction ovocytaire est réalisée sous anesthésie générale ou locale, le même jour que le recueillement du sperme. Après nettoyage, seuls les spermatozoïdes normaux sont retenus et mis en contact avec les ovocytes afin d’obtenir des embryons, qui sont placés en culture durant 2 à 6 jours.

L’étape suivante est donc celle du transfert embryonnaire dans le col de l’utérus. Il se fait à l’aide d’un cathéter introduit dans l’utérus, indolore, le transfert est effectué sans anesthésie. Le transfert des embryons peut se faire soit immédiatement soit en différé, c’est-à-dire, soit directement après la division cellulaire soit plusieurs jours après la fécondation.

La dernière phase est celle de l’implantation qui est la période pendant laquelle on peut avoir l’assurance de la grossesse.

Grâce au tarif peu élevé qui est pratiqué dans le cadre d’une FIV tunisie, cette intervention est très accessible aux classes moyennes.

Le docteur Boudhraa

Le docteur Boudhraa est un gynécologue obstétricien qualifié et maitrisant les techniques d'assistance médicale à la procréation in vitro. Ce médecin à taille humaine a étudié et exercé en Tunisie et en France.

CV Dr Docteur Khaled Boudhraa

  • Baccalauréat juin 1992 mention Bien.
  • Doctorat en médecine Avril 2003.
  • Médecin interne des hôpitaux de Tunis 1998 et 1999 : 2 ans.
  • Médecin résident en Gynécologie Obstétrique des hopitaux de Tunis 1999-2003.
  • Interne des hôpitaux de Nancy 2003 et 2004 :1 an et demi.
  • Spécialiste en Gynécologie Obstétrique en Septembre 2004.
  • Assistant Hospitalo-universitaire à  la faculté de Médecine de TUNIS en gynécologie obstétrique pendant 6ans ( octobre 2004- octobre 2010 ) , affecté à  l'hôpital universitaire Mongi Slim La Marsa.
  • Diplôme Universitaire de Stérilité et Fécondation in vitro : Université Louis Pasteur Strasbourg en 2004.
  • Formation spécialisée en gynécolgie Obstétrique pendant un an et demi à  la maternité régionale de Nancy , université Henri Poincaré Nancy, la France.
  • CEC épidémiologie statistiques 2006 faculté de médecine de Tunis.
  • DIU Européen d'échographie en gynécologie obstétrique 2007 université louis pasteur Strasbourg.
  • Stage au Centre de lutte contre le cancer Alexis Vautrin à  Nancy : janvier et févier 2008.
  • CEC maladies du sein 2008 faculté de médecine de Tunis.